Green leaf road wengang zhai unsplash

#environnement #durabilité #climat #RSE #blockchain

Le transfert de responsabilité Blockchain pour diminuer l’impact CO2 des entreprises

Publié le 14 janv. 2021
Green leaf road wengang zhai unsplash

A l’instar du Bitcoin, le réchauffement climatique n'a jamais fait couler autant d’encre qu’en cette fin d’année. Le très récent nouvel objectif ratifié par les dirigeants de l’Union Européenne, de réduire non pas de 40% mais de 55% les émissions de gaz à effet de serre en 2030 le montre, l’urgence est bien là. En parallèle et à la lueur de la crise sanitaire et de la nécessité de se doter d’une politique RSE à la résilience avérée, la technologie Blockchain revient sur le devant de la scène. Plus que jamais entreprises et États prennent conscience de son utilité comme internet de la valeur. Et si la Blockchain pouvait contribuer à la réalisation de cet objectif de 55% de réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES) ?

L’urgence climatique : une réalité qui ne peut plus être ignorée

Seuls 5°C nous séparent de la dernière ère glaciaire, période à laquelle une grande partie de l’hémisphère Nord était recouvert d’un manteau de glace (la France et le Royaume-Uni ressemblaient respectivement au Nord sibérien et à l’Arctique actuel). Si les émissions de gaz à effet de serre (CO2, méthane, ozone, protoxyde d’azote...) continuent d’augmenter au même rythme sur les prochaines décennies, le GIEC anticipe un réchauffement global d’environ +5°C d’ici à 2100, ce qui laisse imaginer l’impact que cela aurait sur la paix, la sécurité et le bien-être social au sein des sociétés dans lesquelles nous vivons.

Ci-dessous, un graphique de OurWorldinData.org représentant le réchauffement climatique prédictif en fonction des scénarios prévisionnels.

Ce réchauffement climatique est l’affaire de tous, chaque individu peut, à son humble niveau, contribuer à la diminution de l’impact carbone global. Reste que ce sont les comportements plus ou moins vertueux des entreprises qui prêtent le plus à conséquence. Ce sont elles qui sont les principales consommatrices d’énergie à l’échelle mondiale. Cette consommation excessive d’énergies fossiles étant à l’origine de 73,2% des émissions de gaz à effet de serre à travers le monde comme le montre le graphique ci-dessous.


Cette obligation écologique, sociale et sociétale concerne directement le secteur logistique. A l’heure de la montée en puissance des achats en ligne, le taux de retour produit explose dans l’e-commerce tandis que la démocratisation de la livraison à domicile génère des points de tensions sur les réseaux ainsi qu’un lourd bilan carbone. Or si rien n’est fait, le numérique émettra davantage de gaz à effet de serre que le transport aérien.

L’un des enjeux majeurs concerne le dernier kilomètre, autrement dit l’étape entre la plateforme de livraison et le retailer ou le domicile du consommateur final. Selon l’IFOP, cette étape critique - et parmi la plus complexe à appréhender pour les professionnels - serait à l’origine de 20% des coûts et 25% des émissions de gaz à effet de serre du secteur.

La crise sanitaire a révélé la necessité de se doter d'une visibilité temps réelle dans un environnement VUCA, autrement dit "Volatil, Incertain, Complexe et Ambigu". Et le dérèglement climatique participe à cet environnement instable face auquel il faut se préparer.

Blockchain et Logistique ou la promesse d’une meilleure régulation énergétique

Le réchauffement climatique est un phénomène complexe dont la réponse principale semble passer par la sobriété et la diminution de la consommation d’énergies fossiles. Mais que peut faire la Blockchain pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique ?

Rappelons que la Blockchain est une technologie qui permet l’échange de valeur numérique sur internet. Les transactions sont validées par des acteurs indépendants qui assurent le bon fonctionnement du réseau de manière décentralisée.

Chez Ownest, nous utilisons la Blockchain comme technologie-socle pour identifier les responsables sur les réseaux logistiques. Chaque personne en charge d’un actif (marchandise, support logistique ...) en accepte le tracker de responsabilité (lien vers explication) via une application mobile.

Cette responsabilisation des acteurs de la supply chain permet de savoir qui est responsable de quoi à tout moment, sur n’importe quel réseau logistique, et ce quel que soit son niveau de sous-traitance. L’objectif est d’offrir une vision complète en temps réel d’un réseau logistique. Cette vision panoramique sur les flux de marchandises ainsi que la responsabilisation des acteurs de la supply ont des effets majeurs pour la diminution de l’impact carbone de nos clients.

On compte parmi les bénéfices de la solution :

- Optimisation des réseaux logistiques

Avec la solution Ownest, nos clients bénéficient d’une data terrain certifiée en temps réel de leur réseau logistique. Cette donnée est aujourd’hui exploitée afin d’optimiser les réseaux logistiques de nos clients. Des clients, pour qui la cartographie complète des flux du réseau reste souvent complexe, au vu de la part importante de transporteurs issus d’une entreprise de sous-traitance et n’offrent pas une vision en temps réel. Ownest permet de diminuer de -30% le délai d’approvisionnement/acheminement des entrepôts aux magasins. Par la mécanique d’Ownest, les acteurs logistiques (caristes, transporteurs, manutentionnaires...) deviennent des agents du changement de la supply chain et opèrent une montée en performance économique et environnementale.

- Diminution de la surproduction liée aux pertes et dégradations sur les réseaux logistiques.

La mécanique du consensus Ownest vient responsabiliser les acteurs de la supply chain. Chaque acteur détient le tracker de responsabilité des actifs dont il est en charge. Chacun a pour objectif de transmettre ces trackers au maillon suivant de la chaîne, “comme on se refilerait une patate chaude”. Dans cette logique, chacun est plus vigilant pour son intérêt personnel, ce qui a, comme effet immédiat, de diminuer la perte et la détérioration des produits sur les réseaux logistiques.

Ainsi, Ownest permet d'accroître de +70% le taux de réintégration des retours clients au stock d’un e-commerçant. Initialement, ces produits étaient tout simplement détruits et produits à nouveau, car endommagés. Ownest permet désormais de les revaloriser et ainsi de lutter contre la surproduction. Cette optimisation concrète de la reverse logistics promet à la filière des résultats économiques et écologiques considérables. Enfin au-delà d'un supplément de conscience, déployer des solutions de durabilité efficaces s'avèrent nécessaires pour renouer la confiance avec les clients et autres consommateurs finaux mais aussi pour disposer d'un pouvoir de résilience. La crise a ainsi démontré que les entreprises qui avaient su mener des politiques environnementales et sociétales crédibles et démontrables avaient mieux encaisser les chocs systémiques.

Le réchauffement climatique est là. Les entreprises ont un rôle majeur à jouer dans la diminution des émissions de CO2. L’objectif de 55% pourra être atteint, tout d’abord, grâce à des mesures de bon sens. Les pertes, comme la casse, sur les réseaux logistiques ne devraient plus exister quand on connaît l’importance de la consommation d’énergie. La Blockchain et le transfert de responsabilités sont des outils applicables dès aujourd’hui pour permettre aux entreprises d’optimiser leur réseau logistique et ainsi permettre d’enrayer pertes et dégradations tout en diminuant les émissions de CO2.