Ownest 2020 recap

#bilan #Startup #transformation numérique #Supply Chain #blockchain

2020 : L’accélération malgré le distanciel

Publié le 30 déc. 2020
Ownest 2020 recap

L’année 2020 a été riche en défis, partenariats, projets, rencontres.

Et si cette année gangrénée par le COVID-19 a entraîné moults perturbations, comme jamais, le long de chaînes logistiques mondialisées et très dépendantes de sourcing lointain - en particulier en matière d'acheminement des équipements nécessaires au personnel médical et au strict respect de la chaîne du froid - elle s’est caractérisée, contre toute attente, par un moindre impact négatif sur ses activités et une accélération dans le déploiement de projets. C’est aussi cette année, que Ownest a connu son premier million de produits suivis via sa solution blockchain. L'engagement de ses équipes a permis de performer malgré tout et de remporter de petites victoires.

L’année 2020 s’annonçait, à bien des égards, difficile : entre l’incertitude de l’épisode pandémique, les ruptures supply chain et les difficultés d’approvisionnements consécutives de confinements successifs, la pénurie de matériels de sécurité pour les professionnels, notamment dans la santé et le transport de marchandises. A ce sujet, la profession a su faire preuve d’une résilience à toute épreuve, assurant les livraisons de biens essentiels nécessaires au maintien de l’économie. Plus que jamais et cette fois-ci avec la reconnaissance du grand public, la filière logistique a réaffirmé son caractère stratégique dans la continuité des activités de la nation. Un rôle de héros du quotidien qui devrait susciter des vocations et faciliter le recrutement sur des postes pénuriques à l’avenir. Si la crise a rappelé l’interdépendance de réseaux supply chain mondiaux avec des points d’approvisionnements lointains, elle a surtout rappelé l’importance critique pour les professionnels de disposer d’une visibilité en temps réel sur l’ensemble de ses réseaux et ce quel que soit le niveau de sous-traitance. Plus que jamais, l’avancée de la blockchain via le transfert de responsabilité s’annonce une solution pour enrayer pertes, vols et dégradations sans responsable clairement identifié.

Face à la nécessité de maintenir une distanciation physique, les équipes d’Ownest ont fait évoluer son transfert de responsabilité pour l’adapter en un temps record à un fonctionnement à deux téléphones (Mobile2Mobile). Ce fut aussi le moment de développer plus avant la lettre de voiture numérique (e-CMR). 2020 marque aussi le premier million d’actifs physiques suivis. Une fonctionnalité promue avantage concurrentiel par bons nombres de professionnels qui n’ont pas hésité au plus fort de la crise pour solliciter notre expertise transverse blockchain et supply chain. Contre toute attente, alors que Ownest a été témoin d’un ralentissement drastique des flux de marchandises, l'activité a connu un coup d'accélérateur salutaire. Un épiphénomène relevé par une partie de l’écosystème blockchain français comme en témoigne l’enquête menée par l’Association pour le développement des actifs numériques (ADAN) sur l’impact de la crise sanitaire.

Ownest a bénéficié d’une politique de télétravail ancrée dans ses habitudes organisationnelles pré-covid. Dans un mouvement similaire à d’autres pans de l’économie et aux acteurs de la distribution retail, Ownest en a profité pour monter en puissance sur le digital. Face à l’annulation en cascade des principaux salons professionnels comme le salon SITL, il est apparu nécessaire d’offrir des contenus alternatifs et en particulier ses tous premiers webinars en compagnie de partenaires clés. Ces derniers ont répondu à l’appel d’Ownest pour se prêter à l’exercice et partager leur retour d’expérience. Avec le concours du cabinet de consulting RGP, Ownest a ainsi organisé son premier webinar. Ce dernier était entièrement dédié à la transformation numérique de la supply chain propulsée par la Blockchain. Le temps d’une table ronde à distance des décideurs de chez La Poste Groupe,, SNCF Réseau, Toyota Material Handling France et bien sûr Ownest, par l’intermédiaire de son CEO, Clément Bergé Lefranc, ont débattu sur les mesures d’adaptation prises pour affronter la crise sanitaire. Autre moment numérique, la startup a été convié à un webinar dédié à l’interopérabilité technologique, co-organisé par E-Dentic - son partenaire de longue date spécialisé dans le tracking vidéo - et le media B2B Supply Chain Village. Un distanciel qui rapproche et abat des frontières. C’est ainsi qu’Ownest a pu participer au Lyon Stampede co organisé par l’EM Lyon et l’Université du Wyoming (aux Etats-Unis donc). Une expérience unique mixant visioconférence et réalité virtuelle. A côté de cela, 2020 a marqué l’inauguration de nos premières études de cas, qu’il s’agisse de la traçabilité des emballages réutilisables pour un grand distributeur ou encore du suivi en temps réel des tourets de fibres optiques d’un opérateur téléphonique.

En 2020, Ownest a pu compter sur le soutien indéfectible de ses partenaires d’accélération comme The Warehouse by Cdiscount, le Lafayette Plug & Play mais aussi sur ZEBOX, l’accélérateur fondé par le dirigeant du géant du transport maritime CMA CGM, rejoint au mois de janvier. Alors que le programme d’accélération de ZEBOX arrive à échéance, Ownest s’est dernièrement rapprochée de Scaleway.

Côté actualité, Ownest a bénéficié ces derniers mois d’une couverture médiatique renforcée avec une intervention de notre CEO sur le plateau de B Smart, la chaîne d’information spécialisée business, tech & entrepreneurship co-fondé par Stéphane Soumier, ex-BFM TV. Il a ainsi pu être interrogé par le journaliste Thomas Hugues. La solution était aussi à l’honneur du côté de LSA Magazine avec un retour d’expérience de Pierre Gouraud, responsable opérationnel transport chez Metro France, sur le tracking de palettes. L’occasion de révéler des données jusqu’ici risquant d’être perçues comme “trop belles pour être vraies” - et pourtant avérées par nos fidèles clients - : avec la solution blockchain Ownest c’est 100% de traçabilité et 0% de pertes sans responsable identifié.

Une blockchain et un paiement en crypto monnaies qui s’infusent progressivement dans le quotidien et l'économie. Les cas d'usage blockchain liés à la traçabilité supply chain en particulier dans le food (frais, café) se poursuivent ainsi que dans la mode et le luxe où l'origine des matières premières, la provenance ou encore la propriété gagnent de l'importance pour sécuriser brand equity et consommateurs. C'est ainsi Burberry qui cherche à garantir l'origine de ses produits éco-responsables après avoir lancé un étiquetage in-store spécifique ou encore Breitling qui cherche à délivrer des certifats d'authenticité fiables. Dans le même temps, l'année fut marqué par une montée en puissance de l'utilisation de la blockchain dans le secteur autonomobile (traçabilité des composantes, certification des véhicules ou encore meilleure gestion des points de fidélité) avec Renault, BMW ou encore Daimler. L'engouement pour la blockchain a aussi consisté à renforcer l'importance du #Tech4Good avec Suez s'appuyant sur la technologie pour dynamiser l'économie circulaire et mieux traçer ses eaux usées. Côté cryto, l'actualité fut aussi riche avec l’arrivée de comptes en bitcoins aux Etats-Unis et l’option de paiement en crypto monnaie par le géant du paiement dématérialisé Paypal mais aussi Visa ou encore JP Morgan Chase. En cette année 2020, la cryptomonnaie s’invite même pour la première fois de son histoire à la bourse de New York avec Coinbase tandis que Bitcoin clotûre l'année en fanfare à plus de 23 000 dollars.

Face à l’inflation du volume de données et aux préoccupations grandissantes des consommateurs pour des entreprises utiles mues par un désir de faire société en proposant des mesures plus écoresponsables, l’année qui s’annonce sera davantage encore tournée vers un renforcement de la politique RSE d’Ownest et une plus forte communication autour des bénéfices inhérents à la blockchain publique en matière de cybersécurité . Enfin, l’année 2021 pourrait bien marquer le début d’une internationalisation en Europe bien sûr mais aussi aux Etats-Unis et pourquoi pas en Asie.